Accueil Chroniques métropolitaines 70 propositions pour une politique de mobilité écologique

70 propositions pour une politique de mobilité écologique

Les problématiques relatives à la mobilité sur le territoire métropolitain ont occupé une place centrale dans le débat politique depuis le début du mandat. Tarification solidaire dans les transports en commun, attribution de la CSP Transport, évaluation du PDU, motion pour la régulation du trafic routier et la reconquête de la qualité de l’air, etc. : les sujets ont été nombreux. Les élu-e-s écologistes contribuent une nouvelle fois activement aux débats en formulant 70 propositions pour une politique de mobilité écologique, articulées autour de 9 axes.

Pour les élu-e-s écologistes, une politique de mobilité doit répondre à trois ensembles prépondérants d’enjeux :

  • des enjeux relatifs à la santé des métropolitain-e-s : la dépendance à la voiture d’un trop grand nombre de métropolitain-e-s crée une situation de pollution de l’air inacceptable et dangereuse ;
  • des enjeux de lutte contre le changement climatique : la diminution des émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique doit être un des objectifs principaux de notre politique de mobilité ;
  • des enjeux en matière de droit à la mobilité pour toutes et tous : notre politique de mobilité est une politique basée sur les usages et sur les besoins des usagers et non sur les mythes qui prévalent en matière de mobilité depuis les années 1970, période du tout-voiture par excellence.

L'ensemble des propositions est disponible ici sous format pdf.

  • AXE 1 : Optimiser les déplacements en aménageant la ville autrement

Parce qu’elle structure notre territoire en localisant ses différentes activités et fonctions (habitat, espaces de respiration et de loisir, économie, commerce, etc.), la politique d’aménagement détermine notre mobilité. En favorisant la proximité et en diminuant les distances que les métropolitain-e-s sont contraint-e-s de parcourir, l’aménagement de notre territoire peut durablement favoriser des mobilités vertueuses.

Des villes ont déjà engagé des mutations de l'espace public, Lille métropole doit d'inscrire et accélérer dans ce mouvement mondial.

A court terme :

  • 1 : Favoriser le télétravail, y compris de façon à éviter les déplacements en heure de pointe. La MEL et les services publics doivent être exemplaires.
  • 2 : Favoriser le développement des tiers-lieux dans les communes périurbaines.

A moyen terme :

  • 3 : Co-construire régionalement le développement économique pour éviter de concentrer tous les emplois dans la métropole, aucune nouvelle zone d’activité sans infrastructure de transports collectifs.
  • 4 : Aménager les projets urbains et créer des modes de déplacement (deux compétences de la MEL) de façon concomitante (ex. de la ZAC de l’Abbaye de Loos à Saint-André).
  • 5 : Favoriser le redéveloppement du petit commerce de proximité en centre-ville et en centre-bourg. Arrêt des ouvertures de centres commerciaux en périphérie.
  • 6 : Favoriser la mixité des fonctions urbaines et la proximité.

 

  • AXE 2 : Apaiser la Métropole

Apaiser la ville en rééquilibrant le partage des usages de l’espace public par tous les publics.

A court terme :

  • 7 : Généraliser la ville 30 dans le territoire urbain, comme à Grenoble et 14 communes de l’agglomération.
  • 8 : Tolérance zéro pour le stationnement sur les trottoirs et les arrêts sur les pistes cyclables.

            A moyen/long terme :

  • 9 : Requalifier le Grand boulevard pour améliorer la perméabilité piétonne : capacité des piétons à se déplacer et à traverser le Grand boulevard et transformer l’autoroute urbaine qu’il constitue entre Lille et le Croisé-Laroche en un véritable boulevard urbain.
  • 10 : Inverser la logique des projets en aménageant d’abord pour les piétons, puis les cyclistes, puis les automobilistes. Ex. : donner la priorité aux cyclistes sur les voitures, notamment sur les giratoires (ex. : Porte des Postes).

 

  • AXE 3 : Un plan en faveur de la marche et du vélo

D’après des études du CEREMA, 41% des personnes ne marchent pas dans l'espace public alors qu’il est recommandé de marcher 10 000 pas par jour pour se maintenir en forme et éviter les conséquences de la sédentarité.

Plus de 20 % des déplacements en voiture conducteur font moins d’un km, un tiers moins de 2 km, et la moitié moins de 3 km. Ces déplacements de moins de 3 km ont une vitesse moyenne de 8,5 km/h (vol d’oiseau) puisqu’ils correspondent à la recherche d’une place de stationnement. Cette vitesse est comparable à celle d’un déplacement porte à porte de moins de 10 km avec Transpole (7,6 km/h) et à celle d’un déplacement en vélo (8,1 km/h).

L’objectif général est de construire un maillage équilibré sur l’ensemble du territoire métropolitain où chaque commune est reliée en mode actif.

A court terme :

  • 11 : Un abri vélo avec des arceaux dans chaque école (créer un fonds de concours MEL)
  • 12 : Développer les pédibus et limiter drastiquement le stationnement aux abords des écoles.
  • 13 : Créer une Metrominuto (cartographie temporelle piétonne) et une cartographie cyclable.
  • 14 : Instaurer l’IKV dans les administrations (MEL en particulier. A noter que Nantes Métropole devrait en adopter le principe prochainement et que la Ville et la Métropole de Rennes la mettront en place dès le 1er avril 2018, de même que la Ville d’Angers) et inciter les entreprises à le faire dans le cadre de leur Plan de Déplacement Entreprise.
  • 15 : Développer une signalétique piéton avec temps de parcours et aménités le long du parcours et une signalétique vélo avec les km.
  • 16 : Encourager la marche en communiquant sur ses bienfaits sur la santé, notamment pour les jeunes et les seniors, et en améliorant et en promouvant les aménités urbaines le long des parcours.
  • 17 : Remettre en cause les économies prévues sur le V’lille et augmenter le nombre de stations.

A moyen/long terme :

  • 18 : Traiter l’ensemble des points noirs cyclables d’ici 2020, développer les pistes et voies cyclables, et rénover l’ancien réseau départemental.
  • 19 : Développer les magistrales piétonnes : itinéraires piétons pour traverser la ville, ensemble d’espaces publics bénéficiant d’une redistribution en faveur du piéton, de traversées piétonnes favorisées, de trottoirs significativement agrandis, d’une diminution de l’espace dédié à la voiture, de nouveaux éclairages publics, de plantations d’arbres et de nouveaux bancs, sur le modèle strasbourgeois).
  • 20 : Développer les possibilités de stationnement vélo, résidentiel, sur le lieu de travail, et en intermodalité (ex. parkings existants des résidences, alerte sur la vélo-station à Lille Flandres, 900 000 euros, inaugurée par Pépy et Aubry, menacée de partir à la ferraille).
  • 21 : Généraliser les « tourne à droite », les doubles sens cyclables et les sas cyclables aux intersections.
  • 22 : Développer l’intermodalité vélo / Transport collectif (Garages à vélo, Vlille, Signalétique).

 

  • AXE 4 : Développer l’usage des transports en commun

Pour les déplacements qui ne peuvent être effectués à pied ou à vélo, les transports en commun sont encore le moyen le plus écologique et économique de se déplacer.

A court terme :

  • 23 : Créer des Pass Tribus pour les familles ou les groupes dans la tarification, en particulier en lien avec l’usage des parkings relais sur le modèle strasbourgeois et communiquer davantage sur l’intégration tarifaire.
  • 24 : Remettre en place les comités de lignes et d’usagers.
  • 25 : Cadencer les horaires de bus entre 6h et 22h et harmoniser les fréquences et supprimer les horaires spécifiques pendant les petites vacances.
  • 26 : Montée en bus par toutes les portes.
  • 27 : Tarif majoré pour l’achat du ticket dans les lianes et lignes à haut niveau de service avec installation concomitante de distributeurs de titres aux arrêts de bus des lignes concernées.
  • 28 : Développer l’arrêt à la demande le soir pour le bus.
  • 29 : Développer la présence humaine le soir dans les rames et les stations de métro.
  • 30 : Affichage d’un numéro permettant de donner l’alerte par sms/téléphone en cas de difficulté (harcèlement, agression, ...).
  • 31 : Développer les marches exploratoires de femmes autour des stations de métro/tram pour sécuriser les alentours.

A moyen/long terme :

  • 32 : Relancer une réflexion globale sur les projets de long terme tram-train dans les zones denses du territoire manquant cruellement de transports en commun lourds, en jouant la complémentarité avec la marche et le vélo.
  • 33 : Aller vers une desserte ferroviaire hiérarchisée, cadencée et essentiellement basée sur l’existant (proposition formulée par EELV Nord-Pas de Calais lors du débat public sur le REGL).
  • 34 : Réinvestir dans les transports en commun et annuler les économies prévues par le nouveau contrat avec Transpole.
  • 35 : Priorité aux carrefours et aux sorties d’arrêts.
  • 36 : Relance d’un vaste programme de passage en site propre (ex. Esplanade).
  • 37 : L’affichage numérique des temps d’attente aux arrêts systématique et en temps réel.
  • 38: La nouvelle ligne de tram vers Lesquin doit desservir le CRT !
  • 39 : Renforcer l’interconnexion TER / Transports urbains, notamment avec la création d’une gare à Porte des Postes et à Lomme-Délivrance.

 

  • AXE 5 : Encourager le covoiturage

Pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre et la pollution en optimisant l’usage de la voiture, l’objectif est d’augmenter le nombre moyen de personnes présentes dans chaque véhicule. Nombre moyen actuellement à peine supérieur à 1 !

A court terme :

  • 40 : Promouvoir PassPass covoiturage.
  • 41 : réserver des places de stationnement sur le lieu de travail pour les salariés qui pratiquent le co-voiturage.

A moyen/long terme :

  • 42 : Créer une voie réservée au covoiturage sur les voiries autoroutières à trois voies.

 

  • AXE 6 : Réduire le stationnement au lieu de destination

Parce que le stationnement génère le déplacement ! (exemple de la suppression du stationnement lors de la création du parc JB Lebas).

A court terme :

  • 43 : Harmoniser la politique de stationnement dans la Métropole et aller vers un stationnement payant, incluant une carte résidentielle avec tarification solidaire.
  • 44 : Mieux identifier les parkings relais.
  • 45 : Recours aux nouveaux dispositifs de repérages mobiles.

            A moyen/long terme :

  • 46 : Agrandir le parking relais des prés et de Saint-Philibert. Créer des parkings relais sur le versant Nord-Est. Rouvrir le parking relais de Triolo (faisable à court terme).
  • 47 : Mutualiser les offres de stationnement résidentiels et sur le lieu de travail, et diminuer le nombre de place dans les nouveaux projets en fonction du niveau de desserte en transports en commun et du nombre de places de stationnement mutualisables.
  • 48 : Créer une cartographie du stationnement privé mobilisable et mutualisable avec un objectif de diminution globale.
  • 49 : Mutualiser les parcs de véhicules des services publics y compris avec Citiz.
  • 50 : Favoriser le stationnement en ouvrage plutôt qu’en surface (tarification) : plus aucune création de stationnement sur en surface.
  • 51 : Créer une gare routière pour les bus Macron.

 

  • AXE 7 : Accompagner les changements de pratiques en matière de mobilité

Parce que les changements de pratiques doivent être accompagnés pour permettre à tous les usagers et métropolitain-e-s de se les approprier.

A court terme :

  • 53 : Dans la mise en place du péage positif, accompagner individuellement les personnes pour favoriser un report modal plutôt qu’un simple décalage temporel du déplacement automobile (proposition 52) et offrir un mois d’abonnement au réseau de transports en commun aux personnes qui s’engagent à prendre les TC plutôt que leur voiture (ou abonnement Vlille, ou TER), et ce à la place de la prime pour le péage positif.
  • 54 : Offrir un mois d’abonnements aux transports en commun aux personnes qui s’installent dans le territoire métropolitain.

            A moyen/long terme :

  • 55 : Création d’une Agence publique Lille Mobilités avec des conseillers en mobilités chargés d’accompagner les Plans de Déplacement des Entreprises et les salariés pour favoriser et organiser le co-voiturage, la pratique du vélo, le report modal de la voiture vers les modes actifs et les transports en commun.
  • 56 : Au sein de l’Agence Lille Mobilités, des agents chargés de conseiller les entreprises et les commerces pour la livraison du dernier kilomètre en mobilité propre (électrique, GNV, vélo-cargo, ...).
  • 57 : Développement du transport fluvial (Port de Lille) et ferroviaire (Lomme) des marchandises, ainsi que le Centre multimodal de distribution urbaine.
  • 58 : Développement des actions auprès des particuliers pour inciter à une mobilité zéro carbone (Chronotesteurs, familles à déplacements positifs, ...).

 

  • AXE 8 : Favoriser le droit à la mobilité pour tou-te-s

Pour que chaque usager des modes de déplacement puisse bénéficier de l’écosystème local de mobilité.

A court terme :

  • 59 : Lutter contre le non-recours à la tarification sociale en étendant les justificatifs pris en compte et en créant un médiateur chargé de statuer sur les cas exceptionnels.
  • 60 : Communiquer au moins autant sur la tarification solidaire que sur les sanctions liées à la fraude.
  • 61 : Généraliser le système annulation du PV pour fraude dans les TC contre prise d’un abonnement Transpole.

            A moyen/long terme :

  • 62 : L’élaboration et la mise en œuvre d’un plan pour le droit à la mobilité pour tous à travers la prise en compte des besoins et des usages de tou-te-s (seniors, enfants, personnes les plus fragiles).
  • 63 : Des formations à la mobilité pour les jeunes en milieu scolaire, missions locales et centre sociaux et pour les demandeurs d’emplois et titulaires du RSA.

 

  • AXE 9 : Lutter contre la pollution

Pour la préservation de la santé de tou-te-s les métropolitain-e-s.

A court terme :

  • 64 : Création d’une ZCR (Zone à Circulation Restreinte) sur l’ensemble du territoire urbain.
  • 65 : Ne plus engager de nouveaux projets d’infrastructures routières.
  • 66 : La circulation différenciée dès le 1er jour d’alerte pollution, avec développement de la communication.
  • 67 : Expérimenter la gratuité des transports publics les jours d’alerte pollution avec communication sur les axes routiers, télévision régionale, journaux, radios.
  • 68 : Accélérer le développement du réseau des bornes électriques et de stations GNV (gaz naturel véhicule).

            A moyen/long terme :

  • 69 : Interdiction des véhicules diesel en ville à horizon 2030.
  • 70 : Interdiction effective du transit de poids-lourds par le centre urbain de la MEL.