Accueil Chroniques métropolitaines Notre métropole et sa population méritent mieux qu’un deal de l’immobilisme

Notre métropole et sa population méritent mieux qu’un deal de l’immobilisme

Les élu.e.s EELV de la Métropole européenne de Lille se sont prononcés contre une motion relative au projet de fusion métropole-département ; motion déposée par le groupe du Président Castelain, Métropole Passions Communes.

Jérémie Crépel est intervenu au nom du groupe :

"Les élu-e-s écologistes auraient bien souhaité pouvoir se joindre à un vœu consensuel sur ce sujet ô combien essentiel pour les populations. Malheureusement, ce ne sera pas le cas.

Certes, nous partagions une grande partie de vos constats Le projet du gouvernement de fusion entre les grandes métropoles pose question. Question sur la solidarité entre les territoires ainsi éclatés entre la métropole et le reste d’un département d’ailleurs coupé en deux. Question sur le financement des compétences ainsi transférées à la métropole. Question également sur la méthode à marche forcée du gouvernement et les annonces de la ministre avant que le débat n’ait bien eu lieu dans l’ensemble des collectivités concernées.

Cependant, nous ne pouvons pas nous reconnaître dans ce qui apparaît comme une demande de maintien du statu quo. Statu quo qui est contraire aux besoins de nos concitoyen-ne-s et à la nécessité de repenser un mille-feuille territorial de plus en plus complexe et confus.

L’inflation des compétences de la MEL, nous y sommes déjà, dans un cadre institutionnel qui n’est pas adapté à ses pouvoirs. Vous le savez, les écologistes militent pour que les métropoles et communautés urbaines deviennent des collectivités territoriales de plein exercice avec des assemblées démocratiquement élues au scrutin proportionnel direct. Serait ainsi comblé ce qu’Eric Quiquet avait appelé « notre trou noir démocratique », qui fait que le vote d’un habitant ou d’une habitante de Péronne-en-Mélantois pèse 15 fois plus que celui de Roncq.

Notre métropole et sa population méritent mieux qu'un deal de l'immobilisme. Nous voterons donc contre cette motion, mais, fidèles à notre engagement constructif en faveur des habitants et habitantes de la MEL, cela ne nous empêchera pas de nous impliquer dans le groupe de travail qu’elle entend créer."

Conseil métropolitain du 19 octobre 2018