Accueil Chroniques métropolitaines La MEL doit prioriser la préservation de la ressource en eau !

La MEL doit prioriser la préservation de la ressource en eau !

Une série de délibérations portant sur le projet de zone d'aménagement concerté (ZAC) dite de l'A1 Est a été soumise au Conseil métropolitain. Le groupe EELV a rappelé que la préservation de cette zone cruciale pour le captage de l'eau potable, bien commun de tous les métropolitains, devait prévaloir sur toute autre considération.

Stéphane Baly est intervenu au nom du groupe :

"Monsieur le Président, chers collègues,

Aujourd’hui, quatre délibérations relatives au projet de la ZAC A1 Est nous sont soumises. L’emprise de ce projet de 65 hectares se situe sur une zone de champs captants en vulnérabilité forte. Nous connaissons les arguments des défenseurs de ce projet, tant en termes d’importance du projet pour l’emploi que de sa prétendue innocuité pour le captage d’eau potable.

Or, au regard de sa superficie, le projet n’offre en réalité qu’un faible potentiel d’emplois, alors que le vivier d’emplois lié à la transition énergétique et écologique de notre territoire reste pour sa part abondant. Quoi qu’il en soit, la construction d’une nouvelle zone d’activités dans un secteur en comptant déjà plusieurs et souffrant déjà d’une forte congestion automobile n’est pas souhaitable. Il est d’ailleurs tout à fait révélateur que la création de cette ZAC soit associée à celle du projet d’échangeur de Templemars situé en zone de vulnérabilité très forte !

Notre groupe est  résolument attaché à la nécessité de créer des emplois sur le territoire de la MEL. Nous avons en ce sens activement contribué à l’élaboration du Plan métropolitain pour le développement économique et l’emploi. La création d’emplois ne doit pas se faire n’importe où et dans n’importe quelles conditions.  Les métropolitains souhaitent-ils voir les ressources en eau de qualité déjà rares mises en danger par un projet dont la pérennité des emplois n’est absolument pas garantie ?

Nous ne le pensons pas. En l’absence d’un avis de l’Autorité environnementale, il est temps qu’un principe de précaution s’applique sur l’ensemble des champs captants de notre territoire, de même qu’un principe de solidarité pour que chacun puisse avoir accès à une eau de qualité, ressource vitale et bien commun de l’ensemble des Métropolitains. Inversement, les territoires bénéficiant d’une eau de qualité doivent se montrer solidaires des territoires bridés dans leur développement en raison de la nécessaire protection de la ressource en eau. La construction de la ZAC A1 Est mènera inévitablement à une dégradation de la ressource en eau, qui nécessitera d’être dépolluée, son coût s’en trouvera augmenté.

C’est pourquoi, nous voterons avec vigueur contre l’ensemble des délibérations citées."