Extraits du discours d’inauguration du calvaire du Dieu-de-Marcq

Cette inauguration s'inscrit dans le cadre des journées européennes du Patrimoine qui se déroulent les 15 et 16 septembre. [...] Chaque année les journées européennes du patrimoine sont une opportunité offerte à chacun de se ré-approprier les éléments qui constituent notre héritage commun. [...] Le calvaire du Dieu-de-Marcq fut érigé au XVIIe siècle à la suite des combats menés par les troupes françaises pour emporter la ville de Lille. Cette chapelle calvaire aurait été destinée à être un ossuaire recueillant les restes des soldats tombés lors de la guerre de Dévolution de 1667. Détruite par par deux fois au cours de la Révolution française puis à la fin du XIXe siècle, sa dernière destruction ordonnées par le socialiste Gustave Delory et sa reconstruction la même année date de 1901. En 1905, par la grâce de la loi de séparation de l’Église et de l’État, l'édifice devient propriété de la commune. L'histoire mouvementée de ce calvaire est un témoignage précieux pour les républicains que nous sommes. Ces péripéties historiques nous rappelle que non, décidément non, contrairement à ce que voudraient nous faire croire les identitaires de tout bord, que non, la laïcité n'a pas de racines chrétiennes. A une époque où certains groupuscules communautaristes, quelque soit leur obédience, n'hésitent plus à afficher leur rejet des valeurs humanistes et de l'Universalisme, il est important de réaffirmer haut et fort que non, la laïcité n'est pas un racisme. La laïcité c'est à la fois un principe qui nous protège tous, croyant ou non-croyant, un principe qui garantit les conditions de notre émancipation, quelque soit la voie que nous choisissons pour cette émancipation. La laïcité c'est aussi des règles. Des règles qui garantissent les bonnes conditions du fameux "vivre-ensemble". "Vivre-ensemble" un terme finalement pas si galvaudé. ...

Arriver à la construction d’un consensus sur ce projet d’importance exceptionnelle pour notre Ville

Le groupe écologiste vous présente aujourd'hui un vœu visant à établir un moratoire sur projet Saint-Sauveur et à établir une conférence citoyenne pour parvenir à un consensus sur le projet. Pourquoi cette proposition ? Force est de constater que cela coince. En effet, malgré toutes les réunions de concertations que vous avez mises en place, le rapporteur de la concertation constate que plus de 90% des plus de 600 contributions lors de la dernière enquête publique sont, soit en opposition soit émettent des réserves sur le projet. Alors oui vous allez nous prétendre que la démocratie ne se résume pas aux enquêtes publiques. Dans ce cas, pourquoi faire des enquêtes publiques ? ...

Vœu pour un moratoire sur projet Saint-Sauveur

Considérant l’aménagement de la Friche Saint-Sauveur, un projet majeur de notre Ville, au centre des préoccupations de nos concitoyens, Considérant les étapes légales de la concertation et la clôture de l’enquête publique, ...

Les villes sont des lieux où l’innovation politique est possible.

Après l’ouverture des conseils de quartiers aux habitant·e.s, la réforme de la démocratie participative se poursuit donc avec ces 3 délibérations. Le groupe EELV salue la place plus importante donnée aux lillois·e.s avec une mention particulière pour la mise en place du budget participatif d’investissement que nous appelions de nos vœux. (suite…) ...

La réhabilitation du palais Rameau se fera sans cession immobilière et malgré tout grâce à l’investissement privé.

La délibération qui vous est présentée ce soir porte sur un projet innovant qui va permettre à la fois de restaurer l’édifice, de lui trouver de nouveaux usages en lien avec les enjeux écologiques du XXIe siècle et d’être sobre en dépenses publics. Ces principes de revitalisation du palais Rameau, je les ai défendus dès le début du mandat et je suis particulièrement heureux d’avoir pu initier ce projet et de l’avoir porté en partie. (suite…) ...

Aller plus en avant dans le rapprochement des services de nos communes associées

Notre groupe souhaite intervenir sur le rapport, notamment sur un point, je cite
« la faible intégration des services des communes associées dans l'administration de la collectivité. » Nous partageons cette idée que nous avons déjà exprimée ; la nécessité d'aller plus en avant dans le rapprochement des services de nos communes associées. 

Pour nous, un schéma de mutualisation des services est d’abord conditionné par une volonté politique au-delà de la nécessaire organisation administrative. ...

Il n’y a aucune logique partenariale avec l’Etat dans cette contractualisation

Nous pensons qu’au-delà de l’atteinte à la décentralisation que représente ce contrat, la contractualisation avec l’État est injuste. Injuste d’abord parce que les collectivités locales ne contribuent à la dette publique du pays qu’à hauteur de 9 % mais par contre réalisent 70 % de l’investissement public. Injuste parce que déséquilibrée ; en effet, dans ce partenariat, le partenaire Etat ne s’engage dans aucune contrepartie. ...

_ _ _ _ _ _ _ _

_ _ _ _ _ _ _ _

Chroniques municipales