Les 600 contributions déposées lors de la dernière concertation n’ont toujours pas été entendues
Partager

La MEL a fait adopter une nouvelle délibération relative au projet Saint-Sauveur, prévoyant la réalisation d’une nouvelle enquête publique et réaffirmer le caractère d’intérêt général du projet.

Jérémie Crépel a rappelé la position du groupe :

« Monsieur le Président, chers collègues,

Vous aviez refusé notre demande de moratoire sur le projet Saint-Sauveur, la justice l’a réalisé.

En effet, il nous est demandé une nouvelle fois, six mois après la première, de voter une délibération relative au caractère d’intérêt général du projet Saint-Sauveur. Nous pouvons nous en étonner, puisque le Tribunal administratif a suspendu la délibération du 15 juin dernier en raison d’un doute sérieux quant à sa légalité, mais que le jugement sur le fond n’a pas encore été prononcé.

Qu’à cela ne tienne ! Si la première délibération s’avérait illégale, vous espérez que cette deuxième délibération vous mette en règle avec la loi. Notre groupe a pour sa part un doute sérieux quant à l’acceptabilité de cette délibération.

Le projet Saint-Sauveur suscite manifestement de nombreuses oppositions et crispations qui mériteraient autre chose qu’un passage en force. Une nouvelle fois, nous demandons que le projet soit suspendu afin qu’il puisse faire l’objet, non seulement d’une concertation, mais d’une co-construction.

Rappelons d’ailleurs que c’était ce que proposait le commissaire dans son rapport : poursuivre la concertation, diminuer le nombre de logements prévus ou les équipements pour augmenter la superficie d’espace verts publics.

Hélas, trois fois hélas, les 600 contributions déposées lors de la dernière concertation n’ont toujours pas été entendues.

En l’état, nous voterons donc contre cette délibération. Nous voterons également contre celle relative à la piscine olympique métropolitaine, dont la construction est prévue sur le seul espace déjà vert sur la friche Saint-Sauveur et dont le juge administratif a estimé que le projet avait été insuffisamment porté à la connaissance de la population.

Rappelons aux nouveaux champions de la biodiversité de tout poil les règles de base en la matière : Éviter, Réduire, Compenser. On ne construit pas une piscine sur l’espace vert attendu par les habitants de la ZAC de Valenciennes. »

 

Conseil métropolitain du 14 décembre 2018