Accueil Presse Communiqués 42 000 décès par an dus à la pollution atmosphérique

42 000 décès par an dus à la pollution atmosphérique

Pollution atmosphérique : courrier à M. Martin, Ministre de l'Écologie

Monsieur le Ministre,
La pollution que nous connaissons depuis plus d’une semaine est d’une gravité sans précédent sur le plan sanitaire. Les mesures prises jusqu’à ce jour relèvent de la communication de crise : appel au civisme, mesures de limitation de la vitesse automobile ou encore la gratuité des transports collectifs sont sans effets significatifs sur les niveaux de pollution.Le temps est maintenant venu de prendre des mesures structurelles pour que la France ne soit plus le bonnet d’âne de l’Europe en matière de pollution atmosphérique. 

La première mesure consiste à autoriser les préfets à déclencher la circulation alternée pour les particules fines dès le seuil de 80 micro/m3 d’air. Pour l’ozone les seuils devront aussi être abaissés pour donner aux préfets les moyens d’activer en urgence ce levier, seul capable d’agir sur la pollution.
La seconde mesure consiste à mettre un terme à l’avantage fiscal en faveur du diesel. Le caractère cancérigène de ce carburant est reconnu par l’OMS. L’inertie des responsables politiques sur cet impératif de santé publique pourrait d’ailleurs avoir des suites  judiciaires. Les leçons de l’amiante seront-elles un jour retenues ?
La troisième mesure consiste à mettre en œuvre l’écotaxe. Proposer 3 jours de gratuité complètement inefficace lors des pics de pollution c’est facile, développer et renforcer l’offre de transport collectif tout au long de l’année pour offrir à nos concitoyens des alternatives crédibles à la voiture, c’est une autre histoire. Cette ambition a en tout cas besoin de moyens financiers donc de la recette de l’écotaxe. Vous le savez beaucoup de projets de transports collectifs sont aujourd’hui menacés sans cette ressource indispensable.
J’avais eu l’occasion de vous écouter à Marseille, lors des Journées d’Eté d’Europe Ecologie Les Verts. Vous vouliez être le Ministre de la « transition écologique ». L’actualité dramatique sur le plan sanitaire vous oblige à passer des paroles aux actes. La gravité de la situation n’autorise plus à la communication sur des mesures dont le caractère inefficace est d’ailleurs connu pas vos services. Lille Métropole comme d’autres agglomérations a doublé en 10 ans son budget en faveur des transports collectifs et a réduit la place de la voiture en ville. Il appartient désormais à l’Etat d’adapter son arsenal réglementaire et fiscal.  C’est votre responsabilité Monsieur le Ministre. A défaut d’être le Ministre de la » transition écologique », soyez le Ministre de l’air respirable !
Je vous prie d’agréer Monsieur le Ministre l’expression de mes sentiments les plus cordiaux.
Eric QUIQUET1er Vice Président

Transports Urbains et Plan Climat