De www.lavoixdunord.fr

« Indépendamment des pics de pollution constatés (trois en mars 2015), notre qualité de l’air avoisine tous les jours le niveau d’information (où une exposition de courte durée représente un risque pour les sujets sensibles) ». Le fond de l’air métropolitain est tout sauf frais. Les normes en vigueur sont ici plus hautes que celles recommandées par l’Organisation mondiale de la santé. Les effets sont non négligeables. Près de 40 000 décès annuels en France sont liés à la pollution de l’air. Christiane Bouchart estime à « 450 € par métropolitain et par an » le coût financier médical lié au problème. L’urgence est là.

De Lire l'article sur www.lavoixdunord.fr