Projet LIFE : vers un changement d’échelle en matière d’efficacité énergétique
Partager

Intervention de Stéphane Baly

La Ville investit massivement dans la rénovation de son patrimoine et de ses dispositifs de chauffage pour maîtriser ses dépenses de chauffage et réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Mais la technique ne peut pas tout. La réduction des consommations dépend aussi des comportements.

Le dispositif des correspondants énergie a été mis en place sur la base d’un double constat :

  1. Les usagers peuvent avoir un impact non négligeable sur les consommations énergétiques et d’eau de nos bâtiments.
  2. Les campagnes de sensibilisation « traditionnelles » sont au mieux inefficaces, au pire contreproductives car moralisatrices.

Le dispositif des correspondants énergie vise à surmonter ces difficultés. Il consiste à proposer aux agents volontaires de la ville un véritable accompagnement au changement de comportement.

Un accompagnement qui peut être individuel, à travers des formations notamment, mais aussi collectif via des échanges de pratique, des visites de sites (la visite d’un parc éolien est par exemple prévue prochainement avec Enercoop), etc. Ce dispositif a également le mérite de quantifier les résultats des actions mises en œuvre, laissant la possibilité de les rectifier en conséquence.

Que font alors concrètement les correspondants énergie ? Ils relèvent mensuellement les compteurs, ils remontent d’éventuels dysfonctionnements techniques accroissant les consommations énergétiques et ils diffusent des éco-gestes auprès de leurs collègues.

Et ça marche ! Le bilan de la deuxième année d’existence du dispositif a montré une baisse de nos consommations :

  • à hauteur de 12 % pour le chauffage,
  • 3 % pour l’électricité,
  • 39 % pour l’eau.

Lors de la 3e année d’existence, nous avons compté 44 bâtiments désormais concernés par le dispositif, contre 15 la première année. Nous avons encore une marge de progrès en matière de baisse de notre consommation d’électricité, mais nous pouvons saluer le fait que la tendance à la hausse constante ait été enrayée. Tout est fait par les services pour que soit maintenue une dynamique baissière dans le temps.

Quant à notre consommation d’eau, ce ne sont pas moins de 100 000 m3 qui ont été économisés en 2019 par rapport à 2018 grâce à des actions entreprises dans les piscines et, surtout, à l’implication sans faille des services techniques.

Au global, l’économie réalisée grâce au dispositif est de l’ordre de plus de 155 000 € depuis le lancement du dispositif. Ce qui nous permet de relativiser le coût du dispositif en termes de ressources humaines.

Le projet européen LIFE va permettre à la Ville de Lille de poursuivre et de renforcer le dispositif. Il vise à concevoir les outils collaboratifs du management de la performance énergétique et à le centrer sur la coopération pour inciter les usagers des bâtiments à réduire les consommations d’énergie.

Il nous permet de porter notre objectif de réduction de notre consommation de fluides à 9 % sur 3 ans. Un dispositif dont l’ambition est rehaussée, pour un coût global de 584 000 euros, dont 55 % financés par l’Union européenne. Un dispositif qui nous permet de changer d’échelle, de concourir à une dynamique locale en associant de nouveaux partenaires :

  • LMH, qui représente 4 100 logements et 12 000 locataires,
  • La Catho, qui compte 17 bâtiments, 1 000 salariés permanents et 14 000 étudiants.

Une démarche collaborative donc, ouvrant la voie à un enrichissement mutuel et à une montée en compétence partagée. Un dispositif exemplaire et vertueux que nous pouvons saluer !

En ce dernier jour de janvier, je vous présente tous mes meilleurs vœux de santé, mais aussi de sobriété !