[Infographie] 10 mesures pour adapter l’espace public à la crise sanitaire
Partager

Nos propositions en matière d’urbanisme tactique et de déplacements cyclistes et piétons permettent d’atteindre des objectifs en termes de :

  • santé publique (respect des consignes de distanciation, amélioration de la qualité de l’air, promotion de l’activité physique),
  • métamorphose de l’espace public (rééquilibrage de la place des différents usages, sécurisation et apaisement),
  • lutte contre les dérèglements climatiques (augmentation des parts modales de la marche et du vélo et baisse de l’usage de la voiture individuelle).
    Leur expérimentation a vocation à être généralisée sur l’ensemble de la Métropole, leur déclinaison devant être adaptée à la réalité et aux spécificités des différents territoires (voir notre carte). Toutes ces mesures forment un ensemble cohérent visant la constitution d’un écosystème urbain beaucoup plus favorable à la marche et au vélo, tant en matière d’aménagement d’infrastructures et de piétonnisation que d’équipement, mais aussi de communication institutionnelle forte et massive et de dispositifs dédiés de participation citoyenne, de co-décision et d’évaluation.
    Ces propositions sont à voir comme un continuum de mesures à installer progressivement et à adapter au fur et à mesure. Nous allons devoir vivre de nombreux mois avec la crise du Covid-19. Les déplacements continueront à être réduits au-delà du 11 mai et une nouvelle phase d’augmentation des déplacements devrait se produire en septembre.
    La plupart d’entre elles coûtent très peu cher, mais implique que nous fassions enfin le choix de nous attaquer à l’hégémonie de la voiture, tant sur nos déplacements quotidiens que sur l’espace public. Pour plus de cohésion sociale et des villes plus humaines, sécurisantes et saines et redonner aux métropolitain·e·s le plaisir de se déplacer dans leur ville.
    Nos propositions s’adressent à l’ensemble des Métropolitain·e·s :
  • au plus d’un quart d’entre elles et eux qui n’ont pas de voiture, mais qui ne souhaiteront pas utiliser les transports en commun lors du déconfinement pour éviter la promiscuité,
  • et aux Métropolitain·e·s motorisés qui pourraient laisser leur voiture au garage si l’usage du vélo comme moyen de transport quotidien était rendu plus facile et sécurisant sur notre territoire, en particulier pour les trajets de moins de 3 km (50 % des trajets automobiles en tant que conducteurs).
    Pour autant, tout doit être fait pour que le réseau Ilévia puisse être utilisé en toute sécurité. Cela passe nécessairement par un renforcement du service offert et un réajustement des cadences pour éviter les rames et les bus bondés, et par un travail permettant d’atténuer au maximum le phénomène des heures de pointe.

En savoir plus

Consulter la carte interactive de nos propositions