La réhabilitation du palais Rameau se fera sans cession immobilière et malgré tout grâce à l’investissement privé.
Partager

La délibération qui vous est présentée ce soir porte sur un projet innovant qui va permettre à la fois de restaurer l’édifice, de lui trouver de nouveaux usages en lien avec les enjeux écologiques du XXIe siècle et d’être sobre en dépenses publics. Ces principes de revitalisation du palais Rameau, je les ai défendus dès le début du mandat et je suis particulièrement heureux d’avoir pu initier ce projet et de l’avoir porté en partie. Paradoxalement l’acte fondateur de la revitalisation du palais Rameau c’est cette délibération du 22 juin 2018 mais c’est aussi le legs de Monsieur Rameau du 7 juillet 1875. Tout se passe comme si Charles Rameau, amoureux des fleurs et de la nature, philanthrope et visionnaire écolo avant l’heure, se rappelait à notre bon souvenir et nous adressait un clin d’œil malicieux à travers les âges. C’est paradoxal tant les conditions de la donation semblent particulièrement contraignantes. Pourtant et c’est là le paradoxe, ces restrictions auront été atout maître pour la réalisation de ce projet. D’abord parce que cette donation a permis de soustraire le palais Rameau à l’appétit des promoteurs, particulièrement voraces à Lille comme chacun sait. La donation Rameau rend impossible toute opération immobilière qui ne respecterait pas la vocation horticole. Donc pas question ici de transformer le palais Rameau en supermarché comme ce fut le cas avec les Halles couvertes de la rue Solferino. Et encore moins de pratiquer le façadisme. Je pense à la coopérative ouvrière l’Union de Lille place Vanhœnacker ou encore à l’ancienne faculté de pharmacie de la rue Jean-Bart. Ensuite parce que les conditions drastiques de ce legs nous ont obligé à innover. Pour préserver cet édifice historique, il nous a fallu à la fois inventer un modèle économique inédit et lui trouver de nouveaux usages. La réhabilitation du palais Rameau se fera sans cession immobilière et malgré tout grâce à l’investissement privé. La ville, qui reste propriétaire du site, est la garante de la cohérence globale du projet. En échange de droits d’usage sur le palais Rameau, permis par le bail emphytéotique, les acteurs économiques locaux sont encouragés à y développer de nouvelles activités permettant de concilier potentiel économique du site et sa préservation. Le coût des travaux de restauration du bâtiment sera intégré dans le plan d’affaires d’Yncréa, le porteur de projet. Un atout enfin parce que la donation Rameau nous a obligés à faire preuve de bon sens, à revenir aux origines et à l’essentiel. Finalement, le palais Rameau, c’est d’abord une serre froide. Faire de ce site historique un lieu de référence de l’agriculture urbaine s’est alors assez rapidement imposé à tous. Ainsi la « Nature » si chère à l’agronome humaniste n’est pas oubliée. Mieux c’est la vocation horticole qui sera placée au cœur du projet. Ce patrimoine remarquable deviendra pour les 25 prochaines années un pôle d’excellence de l’agriculture urbaine, déclinaison moderne de la vocation horticole souhaitée par Charles Rameau. Alors bien-sûr la construction de ce projet n’aura pas été un long fleuve tranquille. Le projet a sensiblement évolué depuis les premières versions que j’aurai portées comme adjoint en charge du patrimoine. J’aurai souhaité que d’autres partenaires, notamment ceux issus de l’Economie Sociale Solidaire soient intégrés au projet jusqu’au bout. Une plus grande diversité d’acteurs aurait ainsi permis de favoriser une émulation et une attractivité propre à un vrai tiers-lieu. Ce sera d’ailleurs un point de vigilance à avoir ces prochaines années : au-delà des engagements contractuels d’Yncréa d’autoriser l’accès du public, il ne faut pas qu’au fil du temps le palais Rameau se transforme en annexe de l’université Catholique. Le palais Rameau doit continuer à s’inscrire dans la dynamique urbaine de la ville et rester un lieu ouvert et attractif pour l’ensemble des habitants. Mais ces quelques regrets et ce point de vigilance n’entament pas la très grande qualité générale de ce projet innovant de revitalisation et de transformation du palais Rameau. Vous l’aurez compris, mes chers collègues, les élus écologistes voteront pour cette délibération.

Intervention Julien Dubois – Palais Rameau 
Délibération 18/262
 – Conseil Municipal du Vendredi 22 Juin 2018